Pour ma part, je vais vous parler d’un tas de compost. C'est-à-dire un endroit, dans le jardin, où sont accumulés différents déchets, principalement issus du jardin mais également de la cuisine.

20180722_090749

Différence avec le potager en lasagnes : Un potager « en lasagne » respecte des règles relativement strictes. Il faut alterner les couches de végétaux secs avec des couches de végétaux verts. Ceci dans le but d’assurer un équilibre optimal (…..). Sur mon tas de compost, je mets bien des déchets secs et des déchets verts mais je le fais sans respecter aucune règle. Ils arrivent sur le tas de compost quand ils sont disponibles. Ainsi, en automne, mon tas de compost est alimenté en feuilles mortes alors qu’au printemps, il l’est principalement par les tontes de pelouse. S’y ajoutent les épluchures de légumes (d’où les graines de tomates qui font leur petite vie…) au gré de ce que je cuisine.

On peut lire ici et là qu’il faut éviter de mettre des feuilles malades, par exemple des feuilles de courges ou courgettes ayant attrapé l’oïdium. Il y a beaucoup d’avis contraires car la chaleur générée par le compostage tuerait le champignon responsable de cette maladie. Pour ma part, je mets un peu de tout : feuilles, herbe coupée, épluchure de légumes, de fruits, sachets de thé, filtres à café….
Par contre pas de viandes !

A quel endroit mettre son tas de compost ?
Je vous répondrai : où ça vous arrange !
En fait, un tas de compost n’est pas vraiment la chose la plus harmonieuse à mettre en avant dans son jardin. Généralement il est placé dans un endroit relativement discret, souvent dans un coin. Il faut aussi qu’il vous soit facilement accessible afin que le fait d’aller y jeter les déchets ne soit pas une corvée.
Les puristes ne seront pas d’accor, mais pour ma part, j’ai mis mes tas de compost à mi-ombre (ou mi-soleil si vous préférez). Je n’ai pas vraiment calculé ces emplacements par rapport au soleil mais je pense que cela a aidé à ce que l’évaporation ne soit pas trop forte et ainsi, je n’ai pas dû arroser (de toute façon je ne l’aurai pas fait…).

Idéalement je crois qu’il devrait être le plus possible au soleil pour bien chauffer !

20180813_093457

Une chose à prendre en compte est la place disponible. Si vos pieds de courge ou potimarrons prennent il leur faudra de l’espace. Pour ma part, ils occupent environ 4 mètres carrés et encore je les restreints !

Il existe des composteurs en bois ou en plastique vendus dans le commerce ou à fabriquer soi même. Dans notre cas, ce n’est pas adapté pour faire pousser des légumes dessus. Le compost en tas est la solution la plus simple. Surtout que, par le passé j’ai utilisé un bac à compost en plastoc noir. Déjà, c’est pas beau, et en plus c’est pas pratique pour récupérer le compost produit. Alors bien sûr, il y a une petite trappe de récupération dans le bas, mais à l’usage rien de mieux qu’un bon tas à l’air libre. Et ne vous inquiétez pas, dans un composteur ou pas, la nature fera le nécessaire pour transformer votre herbe, feuilles… en beau compost.